Interview de Benoît ROBET, Haro

HARO est une société de gage sur stocks. HARO est un tiers de confiance qui rassure les banques sur la valeur et l’existence de marchandises confiées en gage le plus souvent en échange d’un financement.

Quel est votre rôle au sein de HARO ?

Je gère la société HARO avec deux associés : Gaëtan du HALGOUËT et Thibaut ROBET. Thibaut et Gaëtan sont en charge du développement commercial, je m’occupe de la gestion opérationnelle.

Dans quel contexte avez-vous été amenés à travailler avec FWA ? Quels étaient vos besoins ?

Nous avons rencontré FWA à une réunion d’Objectif Cash organisée par David BRAULT.

Nous réfléchissions alors au développement d’une application web destinée à faciliter la communication entre la banque et l’entreprise dans la mise en œuvre d’un gage sur stock. Les informations disponibles aujourd’hui sont essentiellement basées sur des échanges de documents papier (supports contractuels, audits des stocks). Pour une information plus transparente et un suivi en temps réel de l’évolution des stocks nous avons souhaité développer une plateforme de surveillance informatisée.

FWA par sa connaissance des métiers de la finance et de la gestion a facilité la construction du projet.

Que fait l’application que vous avez implémentée ?

L’interface web permet d’une part une surveillance en temps réel des stocks de l’entreprise et d’autre part un accès à tous les documents administratifs et juridiques nécessaires à la mise en place du gage. L’entreprise met à jour les informations sur le montant et la nature des stocks à surveiller, et éventuellement des informations sur le cours des matières qui constituent les stocks. Le banquier accède à ces informations en temps réel et a la possibilité de paramétrer des indicateurs de gestion (BFR, CA, carnet de commande…) ainsi que des alertes de franchissement de seuils.

Qui sont les utilisateurs de l'application et quels sont les retours que vous en avez ?

Les utilisateurs sont les entreprises, les banques et nous (le tiers détenteur).

Nos partenaires financiers voient une différence énorme dans l’utilisation d’une interface web par rapport à l’échange de documents papier : c’est plus simple, plus sûre et plus rapide.

Quelle est la valeur ajoutée de l'application ?

Après l’audit initial des stocks, notre première mission est la mise en place de la tierce détention (documents juridiques et contractuels). Avec l’interface, tous ces documents sont téléchargeables en pdf et accessibles à tous. La deuxième fonction est de faire en sorte qu’en face du financement délivré par la banque, il y ait une garantie mesurable. Un stock évolue tous les jours et le banquier doit avoir la possibilité de constater en temps réel le montant de la garantie qu’il a en face de son financement. L’interface rend cette information disponible à tout moment et en temps réel.

Combien avez-vous de clients et quels sont vos objectifs pour la fin de l’année ?

L’année 2010 a été consacrée au développement de l’interface web.

Maintenant opérationnelle, nous l’avons mise en place chez deux clients et avons pour objectif d’atteindre les 30 contrats à la fin de l’année 2011.

Etes-vous satisfaits du déroulement du projet ?

Oui, particulièrement sur l’identification du besoin et l’élaboration du cahier des charges. Nous avons apprécié la souplesse et la capacité de nos interlocuteurs chez FWA à comprendre notre besoin.

C’est un projet sur lequel nous avons souhaité prendre notre temps car l’aspect juridique de la surveillance de stocks devait être étudié en profondeur.

Prévoyez-vous des évolutions à ce projet ? Si oui, lesquelles ?

A court terme, aucune évolution n’est prévue. Aujourd’hui l’outil développé permet plus d’applications que de besoins exprimés par les utilisateurs. Il permet notamment de suivre un nombre infini d’indicateurs supplémentaires à ceux de la valeur du stock : valeur du carnet de commande, valeur des matières premières, évolution d’un marché…

Nous avons prévu de nous revoir dans un an quand nous aurons éprouvé le système.

Dans quel autre contexte ce type d'application pourrait être utilisé dans d'autres entreprises ?

Pour toutes les entreprises qui ont besoin de valoriser leur stock.

Pour un fournisseur qui travaille en stock consignation chez ses clients. Un vendeur de papier par exemple qui stocke son papier chez l’imprimeur et reste propriétaire de la marchandise.

Cela peut aussi être un bon outil pour le suivi des flux logistiques entre une entreprise, son transporteur et ses clients.

Pour conclure, un petit mot ?

Comme FWA nous sommes une jeune entreprise, ce qui spontanément a facilité la communication et la compréhension des besoins. Aussi, la forte culture financière de FWA nous a permis d’être bien compris et de rendre optimale notre collaboration.

Retour aux témoignages